Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 octobre 2010 1 11 /10 /octobre /2010 11:46

Le vin - La convivialité avant tout !

 

Dans un repas en France, vous commencez souvent par un plat plus doux ensuite un plat plus relevé et à la fin la saveur plus sucrée ou épicée. Le service du vin est sensiblement identique : du vin blanc, puis du vin rouge, suivi par un vin de dessert. En Chine, cette notion de montée en puissance n’existe pas, on mange pour se soigner, la notion de santé prime avant tout. L’alternance de Ying et Yang constitue l’harmonie d’un repas, cela désigne une alternance de plats sucré, salé, pimenté, doux. Dans cette situation plus que délicate, n’essayez pas de trouver un vin magique qui s’accorde avec tous les plats ! Il faut plutôt préparer plusieurs types de vin pour un repas, de préférence du vin effervescent, un vin blanc et/ou un vin rouge fruité. Dans ce cas, veuillez oublier vos multiples règles des accords mets vins. En Chine, on privilégie dans le repas le côté convivialité et la bienfaisance du vin pour la santé (French Paradoxe) avant le goût.

 

Pendant un banquet officiel, les hommes d’affaires européens sont souvent effrayés par le toast à la chinoise, le Ganbei, on peut le traduire par cul sec. Il s’agit, là aussi, d’un véritable rituel au sens chinois. Dans cette situation, le vin est le révélateur de l’ambiance, symbole de la convivialité, évitez les remarques sur leur façon de faire, même si elle est contraire à l’habitude française.

 

Même si les chinois mangent très souvent à l’extérieur, ils ne restent jamais deux heures à table. La vie nocturne est bien plus intéressante, c’est à ce moment que les jeunes chinois consomment plus de vin, dans les bars, les boîtes de nuits, les Karaokés, les spas, etc. D’après les statistiques, un chinois consomme cinq fois plus de vin dans une boîte de nuit que dans un restaurant.

 

Les motivations chez les chinois pour consommer du vin diffèrent aussi : 40% des personnes consomment du vin lors de banquets et repas d’affaires, 22% par plaisir, et 13% par habitude. Depuis quelques années, il y a un réel engouement pour la dégustation de fins vins et spiritueux est marquée par une très forte saisonnalité : le Nouvel An chinois, le 1er mai et la Fête nationale (1er Octobre ), sont des périodes durant lesquelles les importateurs/distributeurs réalisent 50% de leur chiffre d’affaires annuel.

Repost 0
11 octobre 2010 1 11 /10 /octobre /2010 11:45

Les critères de choix

 

A noter que la culture du vin se déviloppe surtout parmi les jeunes : 60,5% des consommateurs sont âgés entre 25 et 44 ans. Les personnes de plus de 50 ans, consommateurs du vin de raisin le sont plutôt pour raison de santé ou de part leur profession.

 

Les consommateurs potentiels se concentrent surtout sur la frange Est du territoire, autour des grandes métropoles(Pékin, Shanghai et Canton). Néanmoins, il ne faut pas négliger le marché à l’intérieur de la Chine. La Chine se compose de 23 provinces, celles situées au centre sont souvent oubliées par les entrepreneurs. En réalité, elles sont de véritables paradis pour les domaines viticoles de petities et moyennes tailles. Etant donné qu’il y a moins de concurrence face aux consommateurs à fort pourvoir d’achat.

 

Exemple de mon pays natal, Hunan, 64 millions d’habitants, province des deux premiers Présidents de la République populaire de Chine. Les réseaux de communication les plus importants de Chine sont s’implantés ici. Sa capitale, Changsha, organise chaque année un des plus grands festivals de la télévision chinoise. Elle est 6ème ville nationale au niveau de la richesse, 3ème au niveau de la dépense pour la consommation. A ce jour, il n’y aucune marque de Champagne importée dans cette ville.

 

Selon plusieurs enquêtes sur les modes de consommation, les chinois, par manque de repères, choisissent leur vins selon quatre critères : le prix, l’emballage, la publicité, notoriété et l’origine. Enfin l’argumentaire santé, notamment la notion de French Wine Paradox, influe sensiblement sur le comportement d’achat des consommateurs chinois.

 

Repost 0
11 octobre 2010 1 11 /10 /octobre /2010 11:44

De plus en plus de vrais amateurs de vins en Chine

 

La Chine est un pays gigantesque, sa superficie représente 18 fois celle de la France, abritant ainsi 1,3 milliard d’habitants (22 fois la population de la France). Cependant, ne vous imaginez pas que tous les habitants vont se mettre à consommer du vin importé un jour.

Selon une enquête de l’OIV, ce marché potentiel est au moins constitué de :

·2 millions d’étrangers et d’expatriés,

·100-120 millions de chinois travaillant dans le tertiaire,

·250-300 millions de citadins de classe moyenne,

 

En général les consommateurs de vin sont des personnes avec un pouvoir d’achat élevé et qui ont suivi des études supérieures. Même si statistiquement il y a plus d’hommes buveurs du vin que de femmes, elles jouent un rôle plus en plus important dans ce secteur. Deux exemples des plus représentatif s : le salon mondial du vin de Shanghai est organisé par une femme, madame HAO Yanming, Lily Wang, jeune chinoise de 27 ans qui est à la tête d’une société d’importation de vin français et qui possède quatre caves à vin à Shanghai.

 

Dans un premier temps, les vins étrangers ont bénéficié d’une image plutôt noble due à leur côté inabordable. Ils sont devenus depuis, beaucoup moins un symbole de statut social. Il existe plus en plus de vrais amateurs. A l’occasion du Salon international du vin de Shanghai en 2007 par exemple, nous avons rencontré des groupes de jeunes appartenant à des clubs de dégustation, qui connaissent non seulement le Champagne, mais aussi les différences entre un Champagne et un vin mousseux. Certains ont même déjà dégusté du Dom Pérignon ou de Krug ! Cette nouvelle génération est prête à acheter des vins présentant un rapport qualité-prix très différent. A vous de les orienter et de les éduquer !

Repost 0
11 octobre 2010 1 11 /10 /octobre /2010 11:42

Le vin en Chine, 2 000 ans d’histoire...

 

Les premières vignes auraient été introduites dans le pays en 138 avant J-C. Cadeau destiné à l’empereur Wudi. Ces ceps provenaient de l’ouest du pays, peut-être du Caucase ou de l’Iran. Durant cette période, le vin était considéré comme une denrée précieuse, il était si coûteux que le sens de pot de vin prenait toute son importance pour les fonctionnaires corrompus !... Un homme dénommé Meng Tuo aurait donné un duo de vin (20 litres). En remerciement du poste de gouverneur de la préfecture de Liang Zhou...

 

Lors de la dynastie des Tang (618-907 après J.-C.), l’empereur produisait lui-même son vin de raisin au palais impérial. De plus, le vin était devenu tellement populaire qu’on encourageait les femmes à le consommer pour sa vertu. Un style de maquillage nommé jiu yun zhuang 酒晕妆》,imitant des joues rougies après avoir consommé du vin, est alors devenu très à la mode. Cependant la brièveté de la saison de croissance du raisin comparée à la disponibilité à longueur d’année des céréales a limité l’essor de la vitiviniculture, se traduisant par sa disparition du coeur de la Chine lors du déclin de la dynastie des Tang.

 

Renaissance

 

Il faut attendre un demi-siècle pour que l’amour du vin ressuscite en Chine. Le tout premier vignoble moderene est planté par un chinois d’Outre-mer à la fin du 19èmesiècle. Il s’est installé à Yantai, petit port de pêche du Shangdong à l’Est de la Chne, et a fondé Chang Yu Wine Company en employant un oenologue Autrichien. Cette cave a introuduit 15 cépages internationaux et fût équipée avce du matérial importé de l’Occident. Il s’agissait de la première cave moderne en Chine. Après l’avènement de la République populaire de Chine, le secteur vitivinicole introduisait une gamme de vins de L’Europe de L’Est dans les années 1950 et au début des années 1960.

 

La production à grande échelle a seulement démarré lors des dix à vingt dernières années. Depuis, plusieurs entreprises viticoles étrangères, surtout françaises ont investi dans ce secteur (telles que Rémy Martin, etc.). Le gouvernement a officiellement appuyé l’essor du secteur en favorisant la production de vin locale et l’embouteillage de vin importé. Son but : réduire la consommation de boissons alcoolisées fortes afin de renforcer son stock en céréales.

 

Jusqu’ici, la production locale fut surtout fabriquée à partir de jus de raisin mélangé avec du vin en vrac importé. Cependant, comme les chinois n’ont pas hésité à faire appel aux experts internationaux pour améliorer leur technique oenologique, la qualité des vins chinois s’est améliorée d’année en année. Certains vins ont même obtenu des médailles lors de compétitions mondiales.

 

 

 

Le terroir et les cépages

 

L’immensité de la Chine offre une gamme époustouflante de sols et de latitudes. Elle posède des situations de production très contrastée, détient à la fois le vignoble le plus froid au monde(Tonghua Ville, -30°à -40°en hiver), mais aussi le plus chaud au monde (Turfan Ville, +45°en été), elle détient le vignoble en bordure de désert (Wuyi, Yinchuan et Qingxu), mais aussi le vignoble en zone côtière...

 

Le climat est plus problématique. A l’intérieur des terres, on est confronté aux conditions extrêmes du climat continental, tandis que la côte, notamment celle de la Chine méridionale, est exposée à la mousson. Au Nord-Ouest, dans la province de Xin jiang, les hivers sont tellement rigoureux que les vignes doivent être protégées.

 

Pour s’adapter aux critère mondiaux, la Chine a importé un grand nombre de cépages, certains mondialement connus comme le Merlot, le Cabernet sauvignon et le Chardonnay. La viticulture pour le vin rouge, 80% des vignobles en produisent. Les 20% restant sont quant à eux consacrés à la production de vin blanc.

 

On trouve aussi un certain nombre de cépages autochtones, qui portent souvent des noms peu ordinaires comme coeur de coq,mamelle de vacheouoeil du dragon. Un vin blanc de Dynasty fait avec le cépage local de Long yan (oeil de dragon), agrémenté de mucat(importé de Bulgarie en 1958), a eu un grand succès, encourageant les Chinois à planter les cépages autochtones.

Repost 0
22 septembre 2010 3 22 /09 /septembre /2010 11:28
Revue de presse
PAMB
 

Nouvelle analyse sur l'avenir à court terme du secteur du champagne. Le PDG de Martell-Mumm-Perrier-Jouët (groupe Pernod-Ricard) s'attend à ce que la crise se poursuive jusqu'en milieu d'année prochaine. « On devrait voir la fin du tunnel à la fin du premier semestre 2010 », a précisé Lionel Breton, selon qui la reprise devrait d'abord se faire sentir dans le brut sans année, avant de toucher les millésimes et les cuvées prestige. « L'eldorado du champagne de demain est très clairement dans les pays asiatiques », a-t-il déclaré. ('lUnion 25.09.2009)

 
 

Pierre-Emmanuel Taittinger, PDG de la maison de champagne rémoise


…personne ne peut remplacer des icônes qui rayonnent depuis deux cent cinquante ans et qui font la différence avec les autres régions productrices de vins effervescents, qui n'ont ni marque mondiale, ni cathédrale de Reims, ni crayères gallo-romaines et qui rêveraient de voir ces atouts disparaître pour que la Champagne redevienne comme tout le monde. Qui peut remplacer ces grands noms pour payer très cher la matière première, investir des marchés tels que l'Inde, la Chine, la Russie, avec les coûts phénoménaux que cela engendre ? Quand je suis rentré chez Taittinger, j'ai reçu l'enseignement suivant de mes pairs : « Soutiens le CIVC et les grands leaders que seront toujours Moët & Chandon et Veuve Clicquot. Nous leur devrons longtemps encore notre prospérité, et si tu respectes leurs enseignements, Taittinger et le reste de la Champagne couleront de beaux jours. Porter atteinte d'une quelconque façon à ces institutions mettrait la Champagne en grand péril. »Je dis la même chose à la jeune équipe de Taittinger aujourd'hui et cela ne nous empêche pas, bien au contraire, d'avoir une âme et de cultiver notre différence

(l'Union du 22.09.2009)

Comme l’indique Alain CASTEL, directeur général du Groupe Castel : "le marché chinois est une alternative à la crise. Nous avons connu une progession de 300 % entre le premier trimestre 2008 et le premier trimestre 2009. Notre objectif est d’écouler 12 millions de bouteilles en 2009". (avril 2009 journal CCI Reims)

Le marché du vin en CHINE : un futur radieux ?

la Chine, nouvelle locomotive de la croissance mondiale. Ce pays, le plus peuplé du monde pourrait être un puissant relai de croissance pour l'industrie viti-vinicole. (Vitisphère 07.12.2005)

 

la Chine est le 9ème consommateur mondial de vin et deviendrait le 7ème pays consommateur d'ici 2012 avec un prévisionnel de 1 242 milliards de bouteilles de 75 cl vendues. On estime qu’entre 2008 et 2012, la consommation de vin devrait encore croître de 36% et la barre du milliard de bouteilles consommées devrait être atteinte dès 2009. (Sud de France Export)

 

Service d'exportation agroalimentaire Canada

Le marché du vin en Chine :
débouchés pour les exportateurs canadiens de vin
(
Février 2008)


Vinexpo 2009

 

Avec 34% de visiteurs hors France (15 851 personnes), le salon bat un record.
Largement majoritaires, les visiteurs français sont cependant venus moins nombreux
(-9,78%). Ils sont suivis par le Royaume-Uni (1 322 visiteurs, +1,5% par rapport à 2007) et, fait notable de cette édition 2009, par la Chine et Hong Kong (1 189 visiteurs, soit +63,31% versus 2007).

La Chine & le vin : un marché porteur

La Chine sera le marché le plus dynamique pour le vin d'ici 2010 avec une progression de la consommation en volume de près de 36%, contre 4,8% pour l'ensemble du monde, selon une étude présentée mardi à Pékin. La Chine, passée au dixième rang mondial en 2005, grimpera encore d'une position en 2010 en détrônant la Roumanie, avec une estimation de 5,58 millions d'hectolitres de vins tranquilles consommés, contre 4,10 en 2005 et 3,35 en 2001, selon l'étude, commandée par le salon international du vin Vinexpo à Bordeaux (sud-ouest de la France) et réalisée par le cabinet britannique ISWR/DGR. ... (Vin-web.com)

Evolutions du marché chinois du vin 2009

Comme dans de nombreux autres secteurs, l’immense potentiel de consommation du marché chinois semble attirer les entreprises qui veulent se développer à l’international : au cours des deux dernières années, l’augmentation annuelle de la consommation chinoise de vin (en volume) flirtait avec les 40%, contre 4,8% pour l'ensemble du monde. Et cela ne risque pas de s’arrêter là, puisque les Chinois continentaux ne consomment que 0,6 litres de vin par an, tandis que leurs voisins hongkongais en boivent 2,9 litres. (Agence Fleurie)


Sur le marché des vins effervescents dans le monde,
le cava espagnol est sur le point de dépasser le champagne.

Cava et champagne ont écoulé chacun près de 140 millions de bouteilles à l'export en 2008 (139 millions pour le cava, et 141 millions pour le champagne). En 2007, la différence était de 24 millions de bouteilles en faveur du champagne. (vitisphere.com)


Récent exemple médiatique de la perte d'influence du champagne :
le grand prix de Grande-Bretagne (rallye) du weekend dernier remporté par Sébastien Loeb. Le reporter de I’AFP Sylvain Dubus, qui connaît bien le monde du champagne pour avoir été naguère le correspondant de son agence de presse à Reims, a écrit : « Une douzaine de membres de son fan club, bouteilles de mousseux en mains, s'apprêtent à fêter leur héros », a-t-il précisé comme un message à l'adresse des Champenois.
(l'UNION du 29/09/09)


Il faut présenter la culture du champagne aux Chinois
Pour les choses difficiles à comprendre, les Français aiment dire que c’est « du chinois ». Or, aux yeux des Chinois, le champagne est aussi très mystérieux. Pour les encourager et les inciter à consommer du champagne, il faut tout d’abord leur présenter sa culture. ...
Un article publié le 17 avril 2007

par Nathalie Costa dans la Champagne Viticole
http://www.lachampagneviticole.fr/Le-champagne-gagne-les-Chinois

Vins et spiritueux: cognac, champagne et Chine dopent les exportations

 

PARIS (AFP) - Les exportations françaises de vins et de spiritueux ont progressé en 2005 de 2,2% à 7,74 milliards d'euros, surtout grâce au cognac et au champagne ainsi qu'à à une montée en flèche de la demande chinoise, retrouvant leur niveau de 2002. Cette bonne performance, ternie cependant par un nouveau recul des Bordeaux et des Beaujolais, fait suite à "deux années difficiles", a souligné le président de la Fédération des exportateurs de vins et spiritueux de France (FEVS), Philippe Casteja, lors d'une conférence de presse.


En 2004, les exportations avaient chuté de 3,1%, surtout en raison d'une chute des ventes de vins de Bordeaux. En 2003, elles n'avaient progressé que de 1,7%, l'année ayant été difficile pour les vins tranquilles (non effervescents, ndlr). En 2002, les exportations de vins et spiritueux avaient progressé de 6,4% à 7,7 mds EUR.


"Notre secteur a sensiblement progressé en 2005", "mais il est "encore loin d'avoir reconquis (ses) parts de marchés perdues", a estimé M. Casteja. …

Dans ouhya

闻来源: Par Yanga

http://www.ouhya.com/news.php?id=14473

La Chine aide à protéger le mot « champagne »

Zhou Bohua a été accueilli chez Mumm par le CIVC.
 

Le ministre de l'Industrie et du Commerce de la République populaire de Chine, Zhou Bohua, a visité la Champagne. L'administration d'État de l'Industrie et du Commerce (SAIC) est chargée de l'enregistrement et de la protection des marques et des appellations d'origine, ainsi que de la répression des fraudes et de la concurrence déloyale.

Le CIVC entretient avec cette administration des relations suivies depuis près 20 ans. Dès 1990, le SAIC a adopté une réglementation qui interdit toute utilisation de la dénomination champagne pour désigner des vins qui ne proviennent pas de l'appellation champagne. Cette réglementation ad hoc a été utilisée à de nombreuses reprises pour stopper la commercialisation de vins mousseux de diverses origines l'utilisant abusivement.

En 2008, le SAIC a sanctionné plusieurs commerçants pour avoir proposé à la vente des bouteilles de vins mousseux présentées sous la dénomination de vente « California Champagne ».

Par ailleurs, l'Office des marques reconnaît à la dénomination « champagne » le statut de signe notoire et lui confère ainsi une protection étendue contre tout dépôt de marque contenant le nom « Champagne » ou sa traduction chinoise. Le CIVC a tenu à
féliciter le ministre pour l'efficacité de son administration et des règles qu'elle applique pour protéger les droits de propriété intellectuelle, en particulier l'appellation champagne, ainsi que pour assurer des pratiques du commerce loyal.

L'interprofession a néanmoins attiré l'attention du ministre sur l'apparition d'un phénomène inquiétant : le développement d'usages parasitaires du nom champagne pour désigner tous types de produits ou services. Elle a exprimé le souhait que la réglementation chinoise sur la concurrence et la protection du consommateur offre des moyens pour lutter contre ce phénomène.


viticulture
cahiereco

L’UNION
Article paru le : 15 septembre 2009

 

Les clés d’un investissement réussi en Chine

Le Club Chine s’est réuni à Reims Management School, devant des étudiants, mais aussi des responsables d’entreprises.

International. Le Club Da You Chine, qui comprend des entreprises et organismes ayant une activité en Chine, s’est réuni à Reims Management School.

Philippe Demoor

Les petites affiches de Matot Braine

n°7276 du 09 au 15 février 2009

http://www.forumeco.com/articles/article.php?idA=386



CCIFC + d'infos cliquez sur l'image

Shanghai International Wine Exposition


Témoignage d’un exposant
M. Guy ROBERT, exploitant et négociant de vins de Bordeaux
M. Robert exposait sur le salon Winexpo pour la première fois cette année. Il souhaitait venir tester le marché chinois et son étiquette créée spécialement pour ce marché.
Ce salon, de taille modeste, semble avoir été une bonne porte d’entrée pour sa marque originale - ‘The French Red Nose’. « Je pense que "The French Red Nose" a eu un franc succès sur ce petit salon de Shanghai, je n'ai jamais eu autant de visiteurs sur un stand ! » déclare-t-il. Les visiteurs sont pour la grande majorité « des professionnels très demandeurs de formations et montrant une véritable volonté d’apprentissage ».
Il poursuit par un conseil donné aux futurs exposants et PME qui souhaiteraient venir en Chine : « Lorsque vous vous rendez en Chine pour exposer sur un salon, la clef de la réussite est de rester trois jours à la suite du salon afin de pouvoir vous déplacer et rencontrer vos contacts. Il faut impérativement prendre le temps de discuter avec eux afin d’établir de bonnes relations et de les pérenniser ».
Il termine en soulignant qu’exposer sur un salon ne suffit pas et qu’il faut sans cesse être présent. « Je serai de nouveau à Shanghai pour le SIAL ».

Repost 0
21 septembre 2010 2 21 /09 /septembre /2010 17:48

en français, en anglais et en russe, mandarin dans Flavours From France
A lire dans le N°12

FFF001.JPG Cliquez sur l'image
FFF01.jpg

FFF02.jpg FFFA.jpg   FFF03.jpg   FFF100.jpg
FFF010.jpg

FFFcn.jpg

Repost 0
21 septembre 2010 2 21 /09 /septembre /2010 17:43

 

 Pour faire du commerce en Chine...

 

portez de l'intéret à la culture Chinoise !

 

 

1    • Faites-vous un ami
       

 Sans l'appui d'un réseau chinois identifiable, rien de sérieux n'est envisageable.

 

 

2    • Ne vous mettez jamais en colère
       

 Même si parfois vos nerfs flanchent, la courtoisie et la patience sont des vertus qu'apprécieront vos interlocuteurs.

 

 

3    • Ne jouez pas au plus fin
       

Là-bas votre ambition se limitera à parvenir à un échange mutuel et équitable.

 

 

4  Prenez la juste mesure du temps
       

 Il ne pèse pas le même poids dans les deux cultures, on vous jugera surtout sur votre opiniâtreté.

 

5    • Ré-apprenez le goût et les couleurs
       

 Votre dictionnaire de signes sera mis à mal mais on vous considèrera pour votre sensibilité aux saveurs locales.

Repost 0
20 septembre 2010 1 20 /09 /septembre /2010 16:43

La civilisation chinoise est complexe avec ses 5000 ans d’histoire.

 

Pendant des siècle elle a subi de nombreux bouleversements, même si le développement économique de la Chine remet en cause les certaines traditions elle reste cependant sous l’influence du confucianisme, du taoïsme et du bouddhisme d’où se dégage toute une codification hermétique aux occidentaux.

 

Pour mener à bien vos affaires il ne faut pas faire d’amalgame dans le contexte géopolitique de la Chine mais aussi de l’Asie. Vous devez être conscient des nuances qu’il y a entre Hong-kong, Taiwan, Singapour, Macao, Japon, Corée…

 

La Chine a une superficie totale de 9 630 960 km² divisée en régions autonomes, provinces, municipalités (ex: Shanghai), régions administratives spéciales (ex: Hong-Kong), celle-ci est peuplé par 56 ethnies différentes.

Repost 0
20 septembre 2010 1 20 /09 /septembre /2010 15:56

Les textes en français ne sont qu’une ébauche pour vos traductions. La structure écrite du mandarin est totalement différente de celle du français. 

  

En mandarin les articles n’existent pas, le grammaire est très simple… 

  

Par contre le reste est plus complexe. 

  

Les mots sont souvent un assemblage de plusieurs symboles. 

Exemple : la météorologie se dit : Tian (ciel) qi (souffle), le tempérament du ciel. 

  

Les translations des noms propres se font par la phonétique. Les pictogrammes ou les idéogrammes sont généralement juxtaposés à l’écriture latine comme pour "arbitrer". Il existe une multitude de possibilités écrites, il convient de faire le bon choix, celui qui correspond le plus à la personnalité des gens ou de la marque. 

  

La concordance phonétique en caractères latins s’appelle le "pinying". Dans ce registre il y a plein d’autres subtilités, dans la translittération le "p" et le "b" sont presque similaires, ce qui explique en partie Pékin et Beijing, idem pour "t" et "d" Mao Tsé Toung et Mao Zé Dong, le "r" se transforme en "l" comme dans Reims qui s'écrit  兰斯 (Lánsī), signifiant "orchidée odoriférante". Pour un chinois il y a souvent confusion entre le "c" et le "g", il peut dire cadeaux pour gâteau … 

  

Pour les sites il existe une correspondanceofficielle donnée par le bureau géographique à Beijing, ce qui écarte beaucoup de litiges et facilite la communication. 

  

Ce type de lexique devrait exister pour tous les langages professionnels. Malheureusement dans le milieu viticole il y a de multiples traductions (hasardeuses) pour les cépages, et autres nominations, ce qui donne du pain sur la planche aux inter-professions, sommeliers, gastronomes… 

A terme, le gros risque c’est qu’il existe officiellement une seule correspondance anglo-saxone. 

  

Enfin bref, ne cherchez pas à donner une correspondance orthographique ou grammaticale à vos traductions, faites confiance à votre traducteur. 

 

Repost 0
27 août 2010 5 27 /08 /août /2010 20:26

Thé et vin un même chemin

 

En Chine le thé n’est pas une simple boisson, c’est une véritable institution sociale et culinaire. Il occupe une place centrale dans la vie quotidienne : nous buvons du thé tout au long de la journée.

 

Repost 0

Profil

le marché du vin en Chine © Jacques DRIOLFondatrice du centre WWE à Shanghai, je suis consultante, formatrice, organisatrice d'évènement de dégustation / promotion du vin en Chine.

J'écris régulièrement pour les revues viticoles chinoises et sur mon blog.

Ce blog est lieu convivial d’échanges, il n’est pas destiné aux prédateurs attirés par l’appât du gain facile.

Si pour certains l’entrée sur le marché chinois n’a été qu’une banale formalité cette époque est révolue. Aujourd’hui pour pénétrer sur ce marché ou pérenniser vos offres, il vous faut comprendre et décoder cet univers culturel si différent du votre.

Le marché du vin en Chine vous offre un certain nombre de clés pour mieux appréhender cet univers.

Un travail basé sur la réciprocité sera toujours apprécié par vos partenaires.

Jia PENG

Le marché du vin en Chine - site

Accès au site WWE

Services Pro Exports

 

En image

Le château de Monsieur YU

Un entretien avec Pierre Richard

Sabrage  

Le marché du vin à Shanghai
 

Si vous avez un débit internet insuffisant et que vous voulez avoir une vision fluide des vidéos laissez un temps de téléchargement en mettant la vidéo sur pause pendant au moins 30 secondes, puis reprenez le visionnage.

GAM BEI TV en Chine, c'est notre chaîne sur Wines-Info, c'est aussi une notoriété bien installée 50 000 connexions.

Le reccord revient à la vidéo de Malartic Lagravière plus de 3000 connexions (à 90% ce sont des professionnels du vin qui l'ont visionné)

logoWWE TV Cliquez sur le logo

Le marché du vin en Chine youku

Pourquoi ce blog ?

La Chine, mon pays natal qui m'a donné 22 ans de tendresse.

La France, mon pays d'adoption où je me suis construite.

Aujourd'hui, le marché chinois du vin est en passe de devenir le plus dynamique au monde, ce blog a pour but de déchiffrer la codification de cette culture si différente de la France.

  le marché du vin en chine

Alors !

rouge ou blanc ? ...

  Le marcher du vin en Chine TAG

Avec Mobiletag il s'ouvrira directement sur votre portable

---------------------------

Il y a actuellement   0 personne(s) sur ce blog

   

 

Wines info 

Chine